Rouge à lèvres


Les femmes aiment le rouge à lèvres, pas toutes, mais la plupart. Et les hommes aiment les femmes qui portent du rouge à lèvres, pas tous, mais à une ou deux près. Bien sûr, le rouge à lèvres est facultatif – vous pouvez vivre sans, vous pouvez le mettre à temps partiel ou à temps supplémentaire, vous pouvez l’oublier – ou comme moi, certaines femmes sont nées avec.

Ce petit bâton a une longue histoire et a toujours servi d’agent d’attention et de désir. En soi, il ne représente rien, mais associé à une paire de lèvres, il déclenche une réaction en chaîne dont personne ne pourra contester l’effet à travers les âges.

Le rouge à lèvres a été utilisé pour la première fois en Mésopotamie, l’endroit même où, selon les savants et les écritures, le jardin d’Eden était censé se trouver. C’est donc là que tout a commencé, semble-t-il, et il a ensuite conquis tous ceux qui l’ont porté et toutes les âmes qui l’ont cherché, il a été dès le départ l’un des accessoires les plus efficaces dans l’art de la séduction.

La civilisation de la vallée de l’Indus utilisait divers colorants pour le produit, mais il contenait des ingrédients nocifs qui provoquaient de graves maladies.

Plus tard, les Égyptiens ont utilisé du rouge à lèvres fabriqué à partir de coléoptères carmins écrasés. Mais bien sûr, c’était le produit à la mode de l’époque, utilisé par les femmes très riches et puissantes. L’une d’entre elles, que nous connaissons tous, était Cléopâtre.
Il ne fait aucun doute que les courtisanes privées du cercle intime du pharaon en partageaient un peu pour plaire à leur clientèle haut de gamme.

En Europe, l’église a interdit le rouge à lèvres pour se faire l’avocat du diable. Ils croyaient qu’il était en quelque sorte lié aux rituels diaboliques. Croyez-le ou non, les escortes de l’époque étaient exclues de l’interdiction. C’était après tout l’âge des ténèbres, et une touche de couleur par dérogation était un joli spectacle.

Les gens du 16ème siècle ont introduit les lèvres rouge vif et les visages blancs comme neige, et voici que la mode s’infiltre dans la cour royale. Cette fois, c’était pour les riches, la haute société, les acteurs et les travailleurs du sexe. Je ne sais pas trop pourquoi la classe moyenne a été laissée en suspens.
Quelque deux cents ans plus tard, le rouge à lèvres est redevenu démodé, mais les prostituées l’ont maintenu en vie. Peu à peu, les acteurs ont recommencé à l’utiliser, et l’histoire se déroule à nouveau d’une manière très familière.

Enfin, en 1923, le tube pivotant a été breveté – ce qui a rendu son utilisation tellement plus facile – la photographie l’a renforcé, et lorsque le gloss est apparu, l’affaire était scellée.

Le rouge à lèvres a fait un long chemin. Souvent malmené, parfois interdit, à la mode et hors de la mode, exclusif pour les riches un jour ou les pauvres le lendemain. En fin de compte, comme nous le savons tous, il est là pour rester. Certaines choses sont destinées à durer éternellement, oui elles le sont.