L'escorte d'élite - la femme d'affaires


La perception est beaucoup plus puissante que la vérité. Et les perceptions concernant les travailleurs de l’industrie du sexe suscitent des débats passionnés. Dans certains quartiers, dans certains esprits et même parmi l’élite intellectuelle progressiste, on trouve encore un mélange de mythe et de réalité. Il semble que personne ne sache faire la différence entre le serpent et la colombe.

Les stigmates qu’une travailleuse du sexe doit endurer sont difficiles à effacer… comme un tatouage enlevé au laser, il laisse la trace d’une présence. La vieille école, empreinte de ferveur religieuse et occupant le haut du pavé de la moralité, est en train de tomber de son piédestal. Dans un monde qui tourne autour de nombreuses vérités, endoctriné par de nombreuses religions et leurs dieux et manipulé par des arguments philosophiques ou l’opportunisme des politiciens, la plus ancienne profession a le plus souffert. Chaque millénaire a entraîné la travailleuse du sexe dans un cycle répétitif de tolérance et de punition. Mettez tout cela de côté, et tenez-vous à l’écart du poison qui se déverse comme des eaux usées de l’esprit des peureux. Voici les faits.

Les courtisanes d’antan et les escortes privées d’aujourd’hui, de belles femmes à l’esprit entreprenant et toujours en demande. Chacune d’entre elles est une femme d’affaires à part entière, sûre d’elle et de ses moyens. Le choix de sa profession a été soigneusement sélectionné et l’application de sa pratique magistralement élaborée. Elle occupe une position dominante, son attitude étant souvent considérée par certains comme impérieuse. Mais elle est la femme d’affaires que nous admirons et respectons tous.

Le plaisir a un prix, et l’offrir est une transaction qui doit être appréciée. Le gentleman avisé le comprend et le respecte.

Dans chaque profession, il existe des niveaux de compétence, de croissance ou de stagnation. Certains individus vivent avec leur réputation et leur intégrité intactes – d’autres tombent dans des sables mouvants. L’escorte privée professionnelle n’est pas à l’abri de l’un ou l’autre de ces phénomènes, aussi le jugement doit-il être réservé.

Malheureusement, il y a encore des obstacles à franchir. Chaque escorte privée, et chaque entreprise associée à la promotion de ses intérêts commerciaux, est confrontée aux mêmes restrictions, imposées par une législation gouvernementale mal conçue. Bien sûr, il doit y avoir des lois, c’est nécessaire pour le bien-être de l’escorte et du public. Mais ces lois doivent refléter les réalités d’aujourd’hui et servir au mieux le public.

Je peux écrire ceci avec conviction car j’étais l’une de ces escortes de haut niveau, qui a pratiqué avec succès pendant plus de 15 ans l’art de la courtisane. Et maintenant, avec de nouveaux défis à la barre de beaute-info, j’attends avec impatience d’autres destinations – qui, j’ose le dire, sont tout aussi passionnantes.

L’escorte d’élite d’aujourd’hui présente la plus belle profession de toutes, et la femme d’affaires industrieuse qui se cache derrière.