Les indispensables d'une bibliothèque d'escorte


J’avais un peu de temps libre cette semaine. Malheureusement, un rapide coup d’œil à mes étagères bien garnies a révélé que j’avais lu tout ce qui s’y trouvait au moins deux ou trois fois. Certains titres sont plus abîmés que d’autres, surtout les livres sexy ! Voici ceux dont je ne pourrais plus me passer…

Le mémoire du sexe : La vie sexuelle de Catherine M, par Catherine Millet

Ce petit livre a été appelé « le livre le plus explicite sur le sexe jamais écrit par une femme », même si je suis sûre que ce titre a été transmis à quelqu’un d’autre depuis. Il s’agit de l’autobiographie sexuelle d’une femme française ayant une affinité pour le sexe en groupe. Ses rencontres commencent à l’adolescence et se poursuivent à l’âge adulte, alors qu’elle travaille comme critique d’art à Paris.

Les descriptions de ses activités sont détachées, presque cliniques dans leur évaluation des différentes situations dans lesquelles elle se trouve. J’aime la façon dont sa vie sexuelle se développe innocemment à partir de ses fantasmes d’enfant, considérée comme quelque chose de parfaitement naturel. Sa propre curiosité n’est pas le moins du monde un jugement sur elle-même. En tant que femme aux mœurs légères, je trouve son histoire inspirante et libératrice.

Le roman fantastique pervers : Le Fléau de Kushiel, par Jacqueline Carey

L’une des meilleures choses des années quatre-vingt-dix – pour un fan de livres comme moi – a été le nombre de romanciers fantastiques qui ont rompu avec les récits d’épée et de sorcellerie machistes et indigestes auxquels nous étions tous habitués dans les années quatre-vingt. Avec la Triade Tamir de Lynn Flewelling, « Kushiel’s Dart » est l’un de mes préférés.

L’intrigue est centrée sur une femme marquée à la naissance comme masochiste, c’est-à-dire qui aime la douleur, et qui se lance dans le commerce du sexe, considéré comme un art profondément religieux. L’auteur a pris le christianisme comme point de départ et a fait évoluer ses histoires pour créer un monde où le travail sexuel et le BDSM sont des pratiques sacrées, un dispositif rafraîchissant et ingénieux. Si vous aimez les longues lectures, il y a six livres dans la série.

Oh, et les scènes de sexe sont chaudes.

L’histoire vraie : Poulet, par David Henry Sterry

David Henry Sterry a un style d’écriture formidable et il est difficile de lâcher ce livre ! Son roman raconte l’histoire de son année de travail en tant qu’escorte de mineurs, un « poulet », à Hollywood. Son style est comique mais plein d’autodérision, ce qui rend la tristesse de sa vie encore plus poignante. Il s’agit d’une histoire de « prostituée sans le sou », le genre d’histoire que je trouve généralement répréhensible, mais elle est racontée avec tant d’esprit et d’honnêteté qu’il est difficile de la trouver déplaisante. C’est également formidable de lire une histoire de travail du sexe du point de vue masculin.

Le manuel du travail du sexe : Turning Pro, par Magdalene Meretrix

C’est le premier livre que j’ai lu lorsque j’essayais de décider si je devais essayer de devenir travailleuse du sexe. Son conseil pour les incertains ? « …allez dans un bar pour célibataires et ramassez quelqu’un…faites bien attention à ce que vous ressentez après. » Comme j’avais déjà coché cette case à plusieurs reprises, je me suis sentie en sécurité pour aller de l’avant !

Il s’agit d’un guide très concret, qui couvre tout, de la santé et de la sécurité aux considérations plus basiques de quand, où et combien. Une grande partie du livre n’est pas pertinente pour l’Australie car les États-Unis sont un endroit très différent, mais c’est un bon moyen de se familiariser avec les principes de base.

The BDSM handbook : SM101, par Jay Wiseman

SM101 est un ouvrage de base pour les amateurs de BDSM. C’est une sorte d’encyclopédie des techniques BDSM et il est assez complet – il couvre la plupart des techniques de S/M, toutes les variations plus larges de la domination et de la soumission et beaucoup de fétiches communs. Il existe depuis les années soixante-dix (avec quelques mises à jour) et les informations qu’il contient sont tout aussi utilisables aujourd’hui qu’à l’époque, bien qu’il ait été conçu pour la foule de la « vieille école du cuir », de sorte que certaines des attitudes et des méthodes sont un peu plus strictes et plus formelles qu’elles ne le sont dans la scène actuelle.

Je m’en sers comme référence lorsque je suis intéressé par une technique spécifique, et il est facile de commencer par les choses simples, puis de revenir pour en savoir plus lorsque vous souhaitez progresser davantage. Je crois que je ne l’ai lu qu’une seule fois de bout en bout !

La bible du polyamour : La salope éthique, par Dossie Easton et Janet Hardy

The Ethical Slut est un livre célèbre, largement référencé et probablement le plus couramment recommandé à ceux qui envisagent ou tentent une relation ouverte ou une situation polyamoureuse. J’ai eu la chance de rencontrer l’un des auteurs de ce livre, Dossie Easton, lors d’un atelier au début de cette année. Elle a vieilli depuis la publication de ce livre dans les années 90, mais le texte n’a pas changé. Il est considéré comme la « bible » du polyamour, avec une bonne dose d’informations sur les relations ouvertes et la sexualité positive en général.

The Ethical Slut » vous permet de devenir conscient de vous-même, de prendre le contrôle de votre sexualité et de vos relations. On lui a reproché d’être trop idéaliste et je suis un peu trop cynique sur la nature humaine pour prendre tout ce qu’il dit pour parole d’évangile. Mais parfois, j’ai juste envie de lire quelque chose qui ne contient pas la moindre trace de négativité sexuelle, et de me sentir renforcée et pleine d’espoir, et c’est pour cela que ce livre se trouve sur mon étagère.