A qui fais-tu confiance quand tu as besoin de parler de sexe ?


A qui faites-vous confiance ? Tout le monde a une histoire.

“Ma mère est ma meilleure amie”, me dit une copine autour d’un verre, “on parle de tout”.

Une autre de mes amies : “Les gens avec qui je joue en ligne n’ont pas de secrets. Nous ne nous sommes jamais rencontrés en personne, mais nous savons exactement ce qui se passe dans la vie de l’autre.”

“J’ai une ex-petite amie qui m’aide dès que j’ai des problèmes dans une relation”, dit un client préféré.

Lorsque nous avons besoin de parler à quelqu’un de notre vie sexuelle, il est encore plus difficile de trouver une confidente. Parler de sexe est une expérience vulnérable. Lorsque je m’ouvre à d’autres personnes au sujet de mes désirs, je me mets en danger car un rejet de mon moi sexuel me ferait mal. C’est une partie si importante, mais si fragile, de mon écosystème mental. En gardant cela à l’esprit, je peux voir comment mes clients ont parfois du mal lorsque nous sommes seuls ensemble. C’est assez effrayant d’être honnête sur ses besoins sexuels avec quelqu’un qui est presque un étranger !

Nous n’avons pas toujours le luxe de choisir à qui nous confier. Parfois, c’est par nécessité. Je connais un ami qui a subi une chimiothérapie pour un cancer du cerveau. D’ordinaire excentrique et peu sociable, il est devenu très proche de l’infirmière qui s’est occupée de lui dans les derniers mois de sa vie. Il a eu de la chance : il s’est retrouvé à travailler avec la bonne personne.

Il est parfois facile de faire confiance car les enjeux sont faibles. Si votre caissier vous rend la mauvaise monnaie au supermarché, cela ne gâche pas votre journée (du moins, je l’espère). Ce sont les éléments importants qui peuvent vraiment nous mettre dans un état de vulnérabilité : nos expériences passées, nos sentiments et notre sexualité. Beaucoup de mes clients n’ont personne à qui se confier au sujet de leur vie sexuelle. Certains d’entre eux ont des intérêts sexuels inhabituels dont ils ne peuvent pas parler avec leurs amis et partenaires. Certains ont eu de mauvaises expériences dans le passé, mais ont du mal à en parler parce qu’ils ont l’impression qu’ils n’ont pas le droit d’admettre leurs erreurs. Je comprends combien il peut être difficile de dire “Je n’aime pas mon corps” ou “Je déprime quand je me sens rejeté” ou même “Ma copine a dit que mon kink n’est pas bien”.

Je ne généralise pas bien sûr – ce n’est pas effrayant pour tout le monde. Mais pour certains clients, cela peut être très effrayant. Cela s’exprime parfois de manière subtile, sous la forme d’un commentaire sur le sentiment de nervosité. Parfois, un client potentiel veut parler de ses désirs mais a du mal à s’ouvrir, et nous devons nous parler au téléphone ou nous rencontrer autour d’un café pour qu’il sache que je suis une personne de confiance. C’est particulièrement évident avec les couples, où franchir le pas et voir une escorte est une décision importante. Il faut toujours se rassurer pour que les deux membres du couple se sentent à l’aise.

Quand on a besoin des autres et qu’on nous laisse tomber, c’est difficile de s’en remettre. Il est impossible de rester fort tout le temps. Le fait d’être maltraité par les personnes en qui nous avons confiance peut provoquer des sentiments de dévalorisation et d’impuissance, et il devient plus difficile de faire confiance la fois suivante.

En tant que travailleuse du sexe, j’ai le sentiment d’avoir un devoir d’attention envers mes clients. Je leur dois le temps et l’espace nécessaires pour être eux-mêmes. Je leur dois la confidentialité, afin qu’ils puissent avoir confiance dans la sécurité de leurs informations personnelles. Mais surtout, je leur dois la sécurité de savoir qu’ils ne seront pas jugés. C’est une expérience rare et précieuse à vivre ! L’escorte est l’un des rares moyens dont disposent de nombreux hommes pour accéder à un espace sûr où ils peuvent être eux-mêmes.

Tant que vous me traitez avec respect et discrétion, vous pouvez compter sur moi pour garder vos coordonnées privées, vous écouter et vous accepter tel que vous êtes. C’est mon code d’honneur.