Vous êtes ici:Accueil » A découvrir » Nez maison

Nez maison

 Les marques privilégiées qui ont en leur sein un nez maison peuvent presque se compter sur les doigts d’une main! Chanel, Dior, Hermès, Guerlain, Louis Vuitton et Cartier, un cercle très fermé de parfumeurs arrivés à la consécration…

Dans notre édition précédente, nous vous parlions de ces créateurs-nez de la parfumerie qui ont affirmé leur talent au sein de grandes maisons. Si certains sont toujours actifs, d’autres ont cédé leur place à une nouvelle génération…

Olivier Polge, parfumeur créateur de la maison CHANEL

Olivier Polge & Chanel
Né à Grasse en 1974, il a quatre ans quand son père, Jacques Polge, devient le nez officiel de Chanel. Plus attiré par l’histoire de l’art et la musique classique que par la parfumerie, il rêve d’être musicien. Oui, mais… quand, l’été de ses vingt ans, il intègre les laboratoires Chanel pour un stage, il se découvre une vocation! A la rentrée suivante, il entre chez Charabot, société grassoise spécialisée dans les matières premières à parfum, puis rejoint ACM à Genève où il compose ses premiers accords. Séduit par le métier, il rejoint, en 1998, la branche new-yorkaise d’IFF (multinationale du parfum et des arômes) pour faire ses classes auprès des plus grands. «Ma première confrontation à la réalité… Avant, j’étais fleur bleue, j’arrivais avec des formules dosées à 80 % de bois de santal. Ce qui est totalement irréaliste. La contrainte existe partout et s’avère le plus souvent enrichissante.» De retour en France, il signe Dior Homme, obtient le Prix international du parfum, puis participe à la création de La Vie est Belle de Lancôme. Fin 2013, il est recruté à son tour par Chanel pour prendre la suite de son père comme nez officiel (le 4e depuis 1921). «Avant d’arriver, je connaissais les parfums Chanel, leur richesse qui n’existe dans aucune autre maison. Ainsi, les fleurs sont importantes, mais toujours d’un point de vue abstrait. Ici, la création commence dès la matière première que l’on façonne, l’essence que l’on raffine.» Misia dans la collection Les Exclusifs, Chance Eau Vive puis Boy précèdent sa première grande création pour Chanel: la cinquième interprétation du N°5, N°5 L’Eau, une eau moderne dont le succès ne se dément pas!

Christine Nagel & Hermès
Née à Genève en 1959, Christine Nagel a hérité de son père la rigueur

Christine Nagel – Parfumeur Hermès @Sofiaetmauro

helvétique, et de sa mère la fougue italienne. Après une enfance sur les bords du Léman et des études de chimie organique, rien ne la prédestine à la parfumerie. Sa vocation, elle la découvre chez Firmenich dans le département chromatographique où elle analyse les matières premières odorantes et collabore avec les parfumeurs. Un univers qui la séduit: «Etre parfumeur, c’est partager ses inspirations et offrir de la joie.» Devenue l’élève de Michel Almairac, elle est recrutée en 1997 par Quest International et s’installe à Paris. Elle compose L’eau de Cartier, retourne chez Givaudan, puis prend la direction de Fragrance Ressources pour rester libre dans ses compositions. Le succès ne se fait pas attendre: The One Dolce&Gabbana, Miss Dior Chérie, Sì Giorgio Armani… son audace est récompensée par de nombreux prix: Fragrance Foundation Awards, Prix Coty… En 2011, Mane lui offre la direction de la création et de l’école de parfumeurs. Mais elle prend vite conscience de son envie de revenir à la parfumerie. Alors, quand Hermès lui propose en 2014 de succéder à Jean-Claude Ellena, elle n’hésite pas. Ses premières créations? Eau de rhubarbe écarlate, Cologne croquante, et Galop, cuir animal et floral. Amoureuse de l’art pictural, elle compose à la manière d’un peintre: «Le jeu des couleurs mêlées composera alors un parfum.» «J’aime à créer des odeurs aussi différentes que possible, à passer d’une structure épurée et stylisée à une création plus sensuelle, voire charnelle. Mais avec toujours un fil rouge: la matière.» Ses atouts? Une maîtrise rigoureuse de la technique et une grande liberté de création!

 

Mathilde Laurent © Gerard Uferas, Fondation Cartier Paris

Mathilde Laurent & Cartier
Née en 1970 à Neuilly-sur-Seine, sa famille d’origine Corse voue une importance primordiale à la culture sensorielle. A vingt ans, elle collectionne les échantillons de parfum et mémorise les jus «Je les sentais et j’étais capable de reconnaître la plupart des parfums en vente à cette époque.», une véritable vocation. Après un diplôme de physique chimie, celle qui se considère plus comme une artiste de l’odeur que comme un nez est admise à l’Institut Supérieur International du Parfum à Versailles pour une formation de deux ans. Ses études terminées, elle sollicite un stage auprès de Jean-Paul Guerlain, l’obtient, intègre à vingt-quatre ans son équipe et restera dix ans chez Guerlain. Elle y fait ses gammes, découvre un savoir-faire incomparable, puis signe, comme parfumeur, Shalimar Eau légère parfumée et Aqua Allegoria Herba Fresca (pour «mettre en bouteille» un moment magique, hommage au jardin corse de son grand-père). Début 2005, Cartier la recrute pour «mettre en place et développer son offre de parfum sur mesure». Dès 2010, elle crée Les Heures de parfum, parure olfactive exclusive, dont la Treizième Heure avec laquelle elle remporte le prix des spécialistes et le prix des parfumeurs au Grand Prix du Parfum 2010. En 2012, c’est avec Déclaration d’un Soir qu’elle est récompensée par le prix Grand Masculin. Aujourd’hui, la quadra, qui associe les odeurs à des images plus qu’à l’objet odorant, dirige la création de la branche parfumerie Cartier. La maison lui doit de nombreux succès: Roadster, Envol, Baiser volé, La Panthère… Sa parfumerie? Narrative et poétique, des expériences émotionnelles pleines d’images nées pour faire s’épanouir l’imaginaire!

Jacques Cavallier Belletrud & Louis Vuitton

«Je ne crois pas en la création douloureuse: même si c’est difficile, cela doit rester un acte d’amour.» Jacques Cavallier-Belletrud

Né à Grasse en 1962, fils et petit-fils de parfumeur, son enfance baigne dans les matières premières et l’art du parfum. Chaque jour en allant à l’école, il longe un mystérieux portail, celui d’une ancienne parfumerie. Ce lieu prédestiné le fascine, et le hasard fera qu’il deviendra, des années plus tard, l’atelier de parfumerie Louis Vuitton, son atelier. A huit ans, il sait qu’il veut devenir parfumeur, commence à apprendre avec son père et compose sa première formule à dix-huit ans. Chez Charabot, il apprend à aimer les matières premières naturelles, fait un passage chez Quest, puis intègre Firmenich pour y ouvrir une nouvelle section: la Natural Business Unit. Il y restera vingt-deux ans. Nommé Maître Parfumeur en 2000, il reçoit, en 2004, le Prix Coty du meilleur nez de l’année. C’est l’un des nez les plus créatifs de sa génération avec plus de 70 fragrances dont: Classique de Jean-Paul Gaultier, Bulgari pour Homme, Acqua di Gio Giorgio Armani, Opium pour Homme d’YSL, Nina de Nina Ricci ou Midnight Poison de Dior. Début 2012, il entre comme Parfumeur Maison chez Louis Vuitton pour préparer le retour de la marque à la parfumerie après soixante ans d’absence, développer la nouvelle identité olfactive de la maison et composer la première collection. Il sillonne alors le monde pendant quatre ans avant qu’en 2016 Louis Vuitton ne révèle au monde sept parfums ultra luxe. Sa parfumerie? «Ma manière de concevoir la parfumerie passe par l’usage intensif de produits naturels, ce qui permet au parfum de durer plus longtemps… Il aura de nombreuses facettes, et, suivant l’humeur, la température, l’hygrométrie, reviendra, au cours d’une même journée, vers celui qui le porte, qui en percevra, en une fraction de seconde, quelque chose de différent.»

Be Sociable, Share!

    Laisser un commentaire

    *

    © 2011 Powered By Wordpress, Goodnews Theme By Momizat Team

    Faites défiler en haut de page