Vous êtes ici:Accueil » Art et Culture » A lire – printemps 2017

A lire – printemps 2017

Les Larmes noires sur la terre
Sandrine Collette
Editions Denoël
A vingt ans, Moe quitte son île natale pour suivre un homme à Paris. Six ans après, hagarde, avec un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle se retrouve dans un centre d’accueil pour miséreux logés dans des voitures posées sur cales. Pour y survivre, il faut travailler. Pour partir, il faut verser un droit de sortie. Cinq femmes vont adopter Moe et son fils, tentant de se sortir de ce cauchemar…

Iris Grace
Arabella Carter-Johnson
Presses de la Cité
Diagnostiquée autiste à deux ans, Iris Grace communique seulement par quelques gestes. La fillette sort de son isolement à trois ans et demi, quand la famille recueille Thula, un chaton Maine Coon, qu’Iris adopte aussitôt. Apaisée par cette relation, elle trouve alors une extraordinaire façon de s’exprimer à travers la peinture. Livre bouleversant, témoignage qui change notre regard sur cette maladie.

Les années solex
Emmanuelle de Boysson
Ed Héloïse d’Ormesson
Alsace, 1969. Juliette passe l’été chez ses grands-parents, avec Camille, sa cousine qui lui présente Patrice, dont elle tombe amoureuse. Mai 68: elle s’évade du cocon familial avec sa cousine. Son petit ami engagé politiquement sombre dans la drogue et l’autodestruction. Evocation d’une jeunesse prise en étau entre la liberté et les codes d’une bourgeoisie étriquée…

 

Debout sur mes paupières
Jessica L. Nelson
Belfond
Lee Miller est l’incarnation de la femme libre du XXe siècle. Mais elle représente certainement plus encore pour Elisabeth M., véritable héroïne du livre, retrouvée à demi nue et profondément endormie sur un banc en plein cœur de Paris. Qu’est-il arrivé à cette sculptrice subjuguée par son sujet? Un roman sur la création et l’obsession, explorant les formes multiples de ce qu’est la maternité.

De tes nouvelles
Agnès Ledig
Albin Michel
Souvent, on me demande comment j’ai fait pour m’en sortir, pour être joyeuse, heureuse, malgré le chagrin, la perte. La réponse est dans cette photo, prise par ce bel après-midi ensoleillé, dans une forêt alentour… Balade en famille dans la nature, de beaux paysages, des trouvailles étonnantes dans les sous-bois, des rires. La vie, quoi! La perte de son enfant, c’est un peu de la vie qui coulait qui ne coule plus dans les veines…

La voleuse de robes
Nathalie Meg Evans
Robert Laffont
Alix Gower, l’héroïne de ce roman enivrant, nous fait voyager dans le monde de la mode parisienne des années 1930, sur fond de guerre civile espagnole, de montée du fascisme, et nous entraîne dans le cercle très fermé de la haute couture parisienne. Des défilés les plus glamour aux cabarets les plus glauques, de l’Exposition Universelle de Paris à Guernica, à travers un tourbillon de mousseline, de dentelle, de satin de soie…

Be Sociable, Share!

    Laisser un commentaire

    *

    © 2011 Powered By Wordpress, Goodnews Theme By Momizat Team

    Faites défiler en haut de page