Vous êtes ici:Accueil » Dans l’air du temps… » Secrets de pro pour… réussir son entretien d’embauche!

Secrets de pro pour… réussir son entretien d’embauche!

En exclusivité pour Beauté Information, des professionnelles nous livrent leurs secrets pour une réussite sans coup férir.

Pour décrocher le job de ses rêves, pas de mystère, il faut en passer par la case CV, entretien et attitude impeccable. Mais attention aux faux-pas rédhibitoires, ainsi que le soulignent les recruteurs….
A quelques mètres du pont du Mont-Blanc, se cachent les somptueux bureaux de la chasseuse de tête la plus respectée du Landerneau genevois. Silhouette impeccable, accueil chaleureux, sens de la répartie, il n’y a pas à dire, Astrid Bek, fondatrice d’Objectif Cadres à Genève, impressionne immédiatement son auditoire et n’aurait aucune peine à rafler elle-même tous les postes qu’elle propose.

DESSINS BI 78.indd

Check-list chic
Lorsqu’on l’interroge sur la question de la présentation, la première réponse surprend: «Surtout pas de parfum! A éviter comme la peste, ce qui permettra au recruteur ou à l’employeur de ne pas devoir ouvrir la fenêtre!» Question tenue, pas de mot d’ordre. «Préférez des vêtements offrant la possibilité de retrousser légèrement les manches au-dessus du poignet, pas de manches longues qui font paresseuse. Pour le reste, tout est possible. Seuls les vêtements en cuir ou en daim font ringards. Evitez globalement d’être trop «bijoutée», du genre boucles d’oreilles + collier + bagues, et ne portez pas de chaussures fantaisie ou fatiguées. Ne mettez pas non plus en avant votre décolleté – même s’il est magnifique –, mieux vaut rester chic et sobre. Attention, sobriété ne veut pas dire tristesse. Oubliez les coiffures négligées, l’idéal étant de sortir de chez le coiffeur. Si vos moyens vous le permettent, un blanchiment dentaire est aussi un avantage indéniable. Quant au maquillage, mieux vaut avoir la main légère, sans rouge à lèvres criard. Cependant, l’absence totale de maquillage n’est pas non plus une bonne idée.» A l’autre bout du lac, Cathy Scacchi, cofondatrice et associée du cabinet de recrutement Scacchi et Perret (Scaper) à Lausanne, ne dit pas autre chose: «Toujours adapter sa tenue à son environnement. Nul besoin de se transformer en top-modèle, pas de bottes Far-West, pas de stilettos, pas de top transparent ou de minijupe. On ne s’habille pas pour aller en boîte mais pour trouver la boîte de ses rêves. Il s’agit simplement de respecter l’autre et de s’adapter à ses besoins.»

Non-verbal en option
Au niveau du non-verbal, beaucoup a été dit, trop parfois, jusqu’à rendre certaines situations caricaturales. Non, ce n’est pas parce qu’on croise les bras que nous sommes fermées à la discussion! Seulement, il faut éviter certaines attitudes qui pourraient passer pour des signes d’arrogance, par exemple mettre les bras à l’horizontale de part et d’autre d’un canapé ou répondre à son téléphone portable. Etre en retard ou trop en avance sont de même soigneusement contre-indiqués. «Lorsque l’on rencontre pour la première fois une candidate, on la décortique en quelques secondes. Le choix des mots, la poignée de mains, la présentation, le premier coup de fil. Autant d’indicateurs qui vous renseignent immédiatement sur la personne qui est en face de vous.» prévient Cathy Scacchi. Alors, autant regarder simplement son interlocuteur dans les yeux et rester naturelle.

Avant l’heure H
«Je suis encore étonnée lorsque je contacte une candidate que certaines se grillent complètement en me répondant: Désolée je suis en voiture, merci de me rappeler plus tard! Ou d’autres, injoignables par mail ou sms, qui ne répondent que plusieurs jours plus tard.», se désole Cathy Scacchi. «Normalement, on est en droit d’attendre qu’un candidat en recherche d’emploi soit réactif! Combien de fois me suis-je retrouvée devant des jeunes femmes qui n’avaient pas défini leurs objectifs: aucune idée sur le type d’entreprise qui pouvait les intéresser, la fonction, le salaire, ou même la région… Parfois, certains candidats ne prennent même pas la peine de visiter le site web de l’entreprise pour laquelle ils postulent…»

Le fond, cela compte (si, si)
Remisez au placard les phrases bateau et éculées du type, J’aimerais un nouveau défi. «Restez naturelle, de grâce!» supplie Astrid Bek. Autre défaut très courant: Poser la question Qu’est-ce que vous avez à me proposer? d’entrée de jeu. «C’est à l’interlocuteur de vous y conduire. On va d’abord faire connaissance, ensuite on discutera. Utilisez la bonne vieille Méthode Porot: Je suis le reflet miroir de ce que l’autre attend. Il faut avoir faim; le manque de motivation, cela se sent. Répondez aux questions, au fur et à mesure, en fonction de ce qui est recherché dans le poste; écoutez bien ce que dit votre interlocuteur. Les interviewées pensent trop souvent «je», et sortent à tout bout de champ leur ego comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il faut faire exactement l’inverse, comme le lion qui veut séduire sa lionne, se faire toute douce, rassurer, être en position d’écoute. Mieux vaut une attitude de veille, attendre que l’animal sorte du bois, pour passer à l’action, plutôt que de claironner au milieu d’une forêt. Le monde animal nous apprend beaucoup!» s’amuse Astrid Bek. Autre poncif: La soi-disant question piège: Quels sont vos défauts? «neuf fois sur dix, ils énoncent des qualités! Cela ne rime à rien. Mieux vaut énumérer un ou deux défauts en explicitant la parade que l’on adopte pour y remédier. On a souvent les défauts de ses qualités…» CQFD (pour Barbara CQFD = Ce qu’il fallait démontrer). Pour Cathy Scacchi, «Les candidats doivent se vendre! C’est ce qu’on appelle le personal branding. Si le terme de vente peut heurter, le remplacer par détenir la capacité de mieux communiquer sur ses objectifs, ses compétences et son savoir-faire, explique-t-elle. Qu’est-ce qui me rend unique, me différencie, me rend plus compétitif? Cultivez-vous, soyez curieux, il en restera toujours quelque chose d’utile!»

Retrouvez nos Secrets de psy pour un entretien d’embauche réussi dans la rubrique Psycho…

LE CV, TOUJOURS AU TOP

Aujourd’hui, la présentation du CV n’est qu’une formalité tant pullulent sur le net des myriades de conseils graphiques. Par contre, le contenu, lui, reste parfois problématique. «Si vous changez souvent de fonction, expliquez les raisons de vos départs et ne mentez pas sur vos diplômes ou sur les postes occupés. A l’ère de l’informatique, tromper un employeur est devenu impensable.» prévient Astrid Bek. Un CV doit être rapidement compris et aéré. «Certains candidats se traumatisent sans raison en s’obligeant à le faire tenir sur une seule page, précise Cathy Scacchi. Alors que ce n’est pas grave s’il en fait deux… Soignez la qualité de la photo et mentionnez un objectif de carrière. Trois ou quatre lignes suffisent. Pensez à adapter impérativement cet objectif en fonction du poste à pourvoir. Bannissez les abréviations propres à certains métiers, le recruteur n’est pas nécessairement pointu dans votre profession. Et ajoutez l’URL (adresse internet) des entreprises dans lesquelles vous avez travaillé est un atout important. Dans la vente ou la finance, évitez de mentionner des chiffres d’affaires ou des ratios qui, hors contexte, n’apportent rien, du style: j’ai augmenté le CA de 400%! Si on part de zéro, ce n’est pas bien difficile…».

Be Sociable, Share!

    Laisser un commentaire

    *

    © 2011 Powered By Wordpress, Goodnews Theme By Momizat Team

    Faites défiler en haut de page